Online Froissart
Facsimile mode    Settings    Browse  |  Collate      
pb 54 v

qui la estoiient, et se porterent telement
li traittiet qu’il rendirent le fortreche en le
fourme et maniere comme li autre estoiient ren
dut. Il se deppartirent et furent conduit jusques
a Calais. Ensi eurent li Franchois le castiel de
Oudruich et le remparerent chou que desem
paret estoit et le rafresquirent et pourveirent
de capitainne, d’arbalestriers et d’aultres gens
d’armes et d’artelleriie pour le tenir et garder
se mestier faisoit. Ensi esploitierent li Fran
chois
, seür VIII jours il eurent en le marche de
Calais V fortreches. Et avoiient entention li
dus de Bourgongne et li baron qui la estoiient, a
aler devant Ghines, dont messires Jehans
de Harleston
estoit capitaines, et tant faire
par forche d’armes et d’assaus qu’il le pren
deroiient. Mais tout imaginet, dit fu
au duch de Bourgongne que il perderoit sa painne.
Car sieges ne assaus n’y feroiient riens
ou cas que li fortreche feuist pourveue et I
pau deffendue. Car Ghines est uns des fors
castiaus dou monde. Et quant li Englés l’eu
rent, il l’accaterent a I escuier de Pikardiie
li quels on nommoit Huet de Biaucorroy
et li quels pour la traison fu puis executés
a Saint Omer, si comme il est ichi deseure
contenut en nostre histore. Sus ches parol
les li dus de Bourgongne ne chevaucha lors
plus avant et demorerent encores engles
ces en le marche de Calais les garni
sons de Ghines, de Oye et de Nielle. Li dus
de Bourgongne
dena a la plus grant partie
de ses hommes congiet de retourner en
leur paÿs et s’en vint a Saint Omer. Et la
se tint environ VIII jours et puis retourna
devers le roy son frere en Franche.
Vous devés savoir et legierement
croire que messires Hues de Cav
relee, capitaines de Calais, et li Englés
qui pour ches jours demoroiient en
Calais, furent trop grandement esmervil
liet quant si soudainnement il se veirent en
leur marche desgarni et desmuet de
V castiauls et leur tourna a tres grande
desplaisanche. Et par especial plus de
la bastide d’Arde que des autres. Car au
lés deviers Saint Omer et Boulongne elle
estoit clef et devoit iestre serrure et gar
de de toute le frontiere. Et n’en savoiient
que supposer ne que dire et en murmuroiient
en daerriere trop durement et hainneuse
ment seür les Hainnuiers, quoique li sires
de Goumegnies feuist uns loiaus chevaliers
et euist toudis servi loiaument les Englés
en toutes partiies. Et estoit avant che
rendage trop grandement en leur grasce
et amour. Mais pour le present il en estoit
tous hors. Car Englés sont de une mervil
lieuse nature et condition ne on ne les
scet comment tenir ne avoir. Et sont en

vieus seür toutes nations estraignes et ne
prisent ne amirent au fort nullui fors
iauls se il ne le vault plus que de oultre
passé. Ensi que messires Gautiers de Mauni, qui
fu Hainnuiers, il demora toudis en leur
grasce. Car il fu moult bien seans de ses be
songnes. Et ossi li nom de Mauni leur keoit
seoit bien en la bouche. Li sires de Goume
gnies, qui estoit en Calais retournés, se don
na trop bien de garde et perchupt que li Englés
le regardoiient fellement et hausteure
ment seür costé quant il passoiient dalés
lui. Si en parla et consilla a monsigneur Hue de
Cavrelee
et li remoustra sen entente et
quel cose en estoit boine a faire. Messires
Hues de Cavrelee, qui fu en son tamps uns
chevaliers tous adrechiés, le consillia loiaument
et li dist: "Sire de Goumegnies, nullement
je ne vous oseroiie consillier pour vostre
honneur dou contraire que vous n’alés en En
gleterre
et remoustrés tout le fait, ensi qu’il
va, au duch de Lancastre et au consel dou
roy
, par quoi vous en soiiés escusés d’iauls
et dou paÿs et que vous en demorés seür vo
droit et a vostre honneur. On piert bien par
fait de guerre plus grant cose que la ba
stide d’Arde ne soit, ne Bavelinghehen ne
Oudruich. Et remoustrés vostre escusanche
de boine fachon. Car vous arés assés a fai
re a vous escuser contre la voix dou paÿs.
Car toutes gens ne sevent pas comment
en teil parti d’armes on se puet ne
doit gouvrener ne maintenir. Et en
parollent li pluiseur a le fois plus large
ment que a iauls parler n’appartiengne."
SHF 1C-787 sync Li sires de Goumegnies rechupt tout
en grant bien chou que messires Hues
de Cavrelee li dit, ossi il n’euist point
fait dou contraire de nient aler en En
gleterre
. Si ordonna ses besoignes pour
passer oultre la mer et aler en Engleterre.
Et avant son deppartement il ordon
na de retourner en Hainnau messires
Guillaumes de Goumegnies, son fil, le signeur
et messires Piere son frere, et messires Ja
keme dou Sart et tous les compaignons
hainnuiers qui a Calais estoiient.
Si s’en retournerent tout et courouchiet
pour l’aventure qui avenue leur estoit
quoique amender ne le peuissent. Et li si
res de Goumegnies passa oultre en En
gleterre
. Si se remoustra au duch de Lan
castre et au consel dou roy. Et li fu dit
ou commenchement de ses parolles
qu’il avoit mal esploitiet. Et fu aqueil
liés de chiauls de Londres voires de la
communautet, qui sont merveillieuses
gens et perillieus quant il s’esmueuent
et nient legier a apaisier et ne conside
rent nient toutes coses, ne les avenpb 55 r