Online Froissart
Facsimile mode    Settings    Browse  |  Collate      
pb 287 rIIC IIIIXX VII

estoit asséz fort pour tenir ung grant
temps se pourveuz eust esté de vivres;
mais de tous vivres quant le roy Dam
pietre y entra il n’en y ot point pour
vivre plus de quatre jours, et se esbahis
soient durement le roy Dampietre et les
compaignons, car ilz estoient de si préz
gaittiéz nuit et jour que ung oysel ne
se peust partir du chastel qu’il ne feust
veü et apperceu. Le roy Dampietre qui
estoit la dedens a grant angoisse de cuer
et qui veoit ses ennemis autour de luy
et bien sçavoit que a nul traittié de paix
ne d’accord il ne venroit, ot grant yma
ginacion. Sicquez tout consideré et les
perilz ou il se trouvoit et la faulte de
vivres qui leans estoit il fut conseillié
que a heure de myenuit du chastel lui
XIIe partiroit et se mettroit en la garde
de Dieu, at auroient guides qui les men
roient a l’un coron de l’ost a sauveté. Si
se arresterent ou dit chastel sur cel estat
et se partirent environ heure de mye
nuit le roy Dampietre, damp Ferrant
de Castres et tant qu’ilz furent eulx XII
et faisoit en celle durement espéz et brun.
Adont faisoit le guet a plus de CCC
combatans le Begue de Villaines ainsi
que le roy Dampietre estoit yssuz du cha
stel et sa route, et s’en venoient par une
haulte voie qui descendoit en bas et se
tenoient si quoys qu’il sembloit qu’il n’y
eust mie la aultres gens. Le Becgue de
Villaines qui estoit tousjours en doubte
et en soing de son fait et en cremeur de
tout perdre ouy ce lui sembla le son de
passer sur le paement, et dist a ceulx
qui deléz lui estoient: "Seigneurs, tenéz
vous tous quoys, ne faictes nul effroy, j’ay
ouy gens: tantost sachons qui ilz sont
qui viennent a ceste heure. Je ne sçay se

ce seroient gens ou vitailles qui venissent
raffreschir ce chastel de vivres, car il n’en
est mie bien pourveuz." Adont s’avança
le dit Becgue, sa dague ou poing, et vint
a ung homme pres du roy Dampietre et
demanda "Qui estez vous la? Parlés ou vous
estes mors." Cil a qui messire le Becgue
parloit estoit Angloiz, si le refusa au par
ler, et se lança oultre en le eschevant; et le
dit Becgue le laissa passer et se radresça
sur le roy Dampietre. Et lui sembla, quoy
qu’il fesist bien brun, que ce feust il, et
le ravisa sur le roy Henry son frere le bas
tart car trop bien s’entreressembloient.
Si lui demanda en portant la dague sur
la poitrine: "Et vous, qui estez vous? Or vous
nomméz tantost ou vous estez mort." Et en
ce parlant il le prist par le frain de son
cheval et ne voult mie qui lui eschappast
ainsi que le premier avoit fait, quoy
qu’il feust priz de ses gens. Le roy
Dampietre, qui veoit une grosse route
de gens d’armes devant lui et qui bien
sentoit que eschapper ne pourroit dist
au Becgue de Villaines, qu’il congnut bien:
"Becque, Becque, je suis le roy Dampie
tre de Castille, a qui on fait moult de tors
par mauvais conseil. Je me rengs comme
prisonnier et me metz et toutes ces gens
qui cy sont et tous comptéz n’en y a que XII
en ta garde et voulenté. Si te prie ou nom
de gentillesce que tu nous mettéz a sau
veté et je me rançonneray si grandement
comme tu vouldras. Car Dieu mercy, j’ay
bien encores de quoy. Mais que tu me
eschievéz des mains de Henry le bastart
mon frere." La respondit, si comme je fuz de
puis acertenéz et informéz, le dit Becgue
qu’il venist tout seurement lui et sa rou
te et que son frere par lui ne sauroit riens
de ceste advenue. Sur cel estat s’en alerent pb 287 v