Online Froissart
Edition mode    Settings    Browse  |  Collate      

pb 55 rtures qui puelent avenir en armes, en grant hainne. Mais li dus de Lancastre, qui pour lors avoit le gouvrenement et l’amministration dou roiaulme d’Engleterre, l’en aida a escuser. Et retourna li sires de Goumegnies en la contet de Hainnau, se nation. Et se tint seür son hiretage et dalés le duch Aubert, conte de Hainnau, et son fil le conte d’Ostrevan. Ensi se porterent les besoignes pour celle saison en le frontiere de Calais. Et li jovenes contes de Saint Pol prisonniers en Engleterre, ensi comme devant est dit.

SHF 1C-788 sync

Quant li dus de Bourgongne se depparti de la bastide d’Arde il y ordonna a demorer a capitainnes le visconte de Miauls, dit messire Robert de Bietune, et le signeur de Saint Pi, li quel entendirent trop grandement au remparer et mettre a point. Aussi li roys de Franche, qui moult resjoy fu de ches nouvelles que Arde estoit rendue, Bavelinghehen, Oudruich, la Planke et la Haye, envoya chiertains hommes a chou deputés pour penser des dittes fortereches desseure nommees rafresquir et ravitallier de toutes pourveanches. Et par especial de la bastide d’Arde que elle feuist telement pourveue de vivres et d’artelleriie que par le deffaulte de diligence elle ne feuist derechief reprise et perdue. Car bien pensoiient li rois de et li Franchois que li Englés avoiient grant desplaisanche en che que elle leur estoit perdue. A l’ordennanche et commandement dou roi tout li subject entendirent, li viscontes de Miaus et li sires de Saintpi entendirent trop grandement bien a fortefiier le garnison d’Arde et miex que oncques en devant n’euist estet. Et firent li signeur ens es forés de la autour coper grant fuison de gros kaisnes et faire amener et accariier a Arde et a avoir ouvriers et carpentiers et ches quaisnes aguisier et au dehors des murs et des fossés boutter en terre plus de VII piés de parfont et croisier par telle maniere que nuls ne pooit entrer ens.

¶ Nous no soufferons a parler des besoignes de Pikardiie et parlerons de celles de Gascongne et dou siege de Bregerach.

SHF 2C-4 sync

Li dus d’Ango, qui a siege se tenoit devant la ville de Bregerach en Gascongne, rendoit grant painne et diligence a chou qu’il le peuist conquerre. Car avis li estoit ensi comme se il avoit la domination et signouriie de Bregerach, il seroit sires des rivieres de la Dourdonne et de la Geronne et par che point il donroit moult a faire cheuls de Bourdiaus et de Bourdelois. Et disoit a le fois au connestable de Franche, qui estoit en sa compagniie: "Petit a petit nous reconquerrons les marches et frontieres de decha." Et messires Bertrans de Claiequin, qui fu moult vaillans chevaliers en son tamps, pour li complaire li accordoit tout chou que li dus disoit. SHF 2C-7 sync Li sieges la estant, li dus d’Ango fist livrer tamaint assaut par terre et par la riviere a le ville de Bregerach et li chevalier et esquier qui dedent estoiient, des quels messires Perducas de Labreth estoit capitainnes et souverains, defendoiient et gardoiient la ville vaillaument, tant que point de damage n’y avoiient. Devant la ville de Bregerach avoit grant fuison d’enghiens et de bricoles levees et drechiies, li quel et les quelles bricoles jettoiient continuellement en le ville et contre les murs de le ville et les empiroiient en aucuns lieus. Mais a tout che pourveoiient grandement li Gascon qui dedens Bregerach estoiient. Et avoiient cloiies de bos renforchiies, les quelles il pendoiient as murs a l’encontre dou trait des bricoles. Et chou brisoit grandement le forche dou trait. Or fu aviset et regardet en Brest dou dit duch d’Ango que on envoiieroit querir a le Riole I grant engien, le quel on nomme une truie. Et jette uns tels enghiens malement grosses pieres de fais pour enfondrer combles de tours et de portes et de maisons et pour esbahir hommes et femmes et par che parti on constrainderoit moult cheuls de la ville. Si furent ordonnet pour le aler querre messire Piere de Buel, messires Jehans de Vers, messires Bauduins de Crevons, li sires de Moult Calais, li sires de Quames, li sires dou Pont, Tiebaus dou Pont et Alios de Calay, et pluiseurs aultres. Et estoiient bien VC lanches de bonnes gens d’armes pour aconvoiier cel enghien et pour amener au siege devant Bregerach. SHF 2C-6 sync Messires Thumas de Felleton, li quels avoit toudis ses espiies alans et venans seür le paÿs pour savoir comment li Franchois se maintenoiient, fu segnefiiés et enfourmés par I de ses espiies et par celi ou il ajoustoit le plus de foy et de credence, que li Franchois chevauchoiient et estoiient depparti dou duc d’Ango et dou siege de Bregerach une quantitet de gens d’armes pour aconvoiier I malement grant enghien, qui devoit estre a la Riole, et pour amener au siege de Bregerach pour constraindre le plus cheuls de la ville et li fu dit ensi : "Sire, avisés vous seür che. Il ne puelent faire a leur retour grant journee. Car chil qui sont ordonnet del enghien amener, ne s’esploiterent nient plus que li chairs chemminent." Ches nouvelles plaisirent trop grandement bien a messire Thumas de Felleton. Et manda tantos a leurs hostels parmi Bourdiaus biaucop de barons de b Gascongne qui la se tenoiient, teils comme li signeur de Rosem, pb 55 v