English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français
265. MOZART À SA MERE À SALZBOURG

Milan, le 7 novembre 1772
Ne vous effrayez pas de voir mon écriture et non celle de papa, en voici les raisons : 1mo nous sommes chez M. d`Asti où se trouve également M. le baron Cristiani ; ils ont tant de choses à se dire que papa n`aura absolument pas le temps d`écrire. 2do il est trop - paresseux. Nous sommes bien arrivés le quatre à midi et sommes en bonne santé. Tous nos bons amis sont à la campagne ou à Mantoue, sauf M. d`Asti et son épouse qui m`ont demandé de vous faire leurs compliments à vous et à ma sœur. M. Misliweczek est encore ici. De la guerre d`Italie, dont on parle tant en Allemagne, et de la fortification des citadelles, rien n`est vrai. Pardonnez ma vilaine écriture. Lorsque vous nous adresserez des lettres, faites-le directement à notre attention, car la coutume n`est pas, comme en Allemagne, de distribuer le courrier. On doit aller le chercher à la poste et nous nous y rendrons chaque fois pour le retirer nous-mêmes. Il n`y a rien de neuf ici, nous attendons d`apprendre les nouvelles de Salzbourg. Nous espérons que vous avez reçu la lettre de Bozen. Je ne sais plus que dire et m`arrête ici. Nos compliments à tous nos bons amis et amies. Nous embrassons Maman 100 000 fois (je n`ai pas la place de mettre plus de zéros), je baise la main de maman et préfère serrer ma sœur dans mes bras in persona plutôt qu`en pensée.

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Carissima sorella footnote1
J`espère que tu auras été voir la dame [ tu sais bien qui ] . Je te prie, si [ tu la vois ], de lui faire [ un compliment de ma part ] . J`espère que tu vas bien et n`en doute pas. J`ai oublié de te dire que nous avons retrouvé ici M. le danseur Belardo, dont nous avions fait la connaissance à La Haye et à Amsterdam. C`est lui qui avait attaqué à l`épée M. Neri, le danseur, parce qu`il croyait qu`on lui refusait à cause de lui l`autorisation de danser au théâtre. Addio, ne m`oublie pas. Je suis toujours ton
frère fidèle Amadeo Wolfgango Mozart

POST-SCRIPTUM DE LEOPOLD MOZART :

Nous avons fort gaiement souhaité la fête de Wolfgang à Ala, chez les 2 frères Pizzini, footnote2 et nous sommes également arrêtés à Vérone ; c`est la raison pour laquelle nous sommes arrivés si tard à Milan. Il fait toujours beau et nous n`avons eu une forte pluie, au cours de notre voyage, que le lendemain de la Saint-Simon-et-Jude, dans l`après-midi ; c`est tout. Portez-vous bien, addio ! Nos compliments à tous nos bons amis et amies.
Nous avons vu un opera buffa à Vérone et ici . footnote3
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 265 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.