English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Bozen, le 28 octobre 1772
Ne sommes-nous pas déjà bien loin, puisque nous écrivons de Bozen ? Le premier jour, nous sommes arrivés à Sankt-Johann avant 8 heures. Le lendemain, dimanche, la première messe étant à 6 heures, nous ne sommes partis qu`à 7 et ne sommes pas arrivés à Innsbruck avant 10 heures. Le lundi, nous sommes restés à Innsbruck et avons fait, l`après-midi, une promenade en voiture jusqu`à Hall pour visiter l`abbaye royale. La comtesse Lodron, sœur de l`épouse de notre premier majordome, nous servit de guide et Wolfgang joua de l`orgue à l`église. Nous sommes arrivés le 27 à Brixen et ici, aujourd`hui, à midi. Nous faisons étape ici à cause de la pluie épouvantable qui a justement commencé à tomber vers midi ; nous ne serions, de ce fait, arrivés que fort tard dans la nuit à Trente et n`aurions pu trouver en route un abri correct pour la nuit. Nous partirons pour Trente demain à 5 heures du matin, avec l`aide de Dieu. Dans la triste ville de Bozen, nous avons rendu visite à M. le frère Vinzenz Ranftl au couvent des dominicains. Il fait ses compliments à tout Salzb. et va très bien. On oublie toujours quelque chose. J`ai acheté un nouveau calendrier et l`ai emporté, mais nous avons tous deux laissé celui de cette année. Je dois donc acheter un calendrier de cette année, c`est risible. Mais que j`aie oublié mon sceau à la maison, cela n`est pas risible et m`ennuie énormément.
Ma santé semble être rentrée dans l`ordre (Dieu soit loué), malgré l`aimable désordre de notre vie.
Si les voyages sont nécessaires à mon bien-être, je me mettrai en quête d`une place de courrier ou tout au moins de conducteur de malle de poste. Wolfgang va bien aussi, il est en train d`écrire un quatuor, footnote1 pour passer le temps, et fait ses compliments à tout le monde.
Avant de partir, j`ai inséré les gravures dans environ 20 ex. de mes livres et j`ai préparé un certain nombre de gravures pour qu`on n`ait qu`à les ajouter aux livres. Elles se trouvent sur la pile, vous les trouverez tout de suite. Je voulais les y intercaler, mais n`en ai pas eu le temps. Si quelqu`un voulait N.B. : absolument des symphonies, il faudrait compter celles que j`ai préparées, en noter le nombre afin de savoir ce qu`on a distribué. M. Estlinger pourrait le faire rapidement. Nos compliments à tous nos bons amis et amies, adieu, nous vous embrassons 1 000 fois et je suis le vieux
Mzt.

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Nous sommes déjà à Bozen. Déjà ? Seulement ! J`ai faim, j`ai soif, j`ai sommeil, je suis paresseux, mais en bonne santé. À Hall, nous avons visité l`abbaye et j`y ai joué de l`orgue. Si tu vois Nannerl Nader, dis-lui que j`ai parlé à M. Brindl (son amant) qui m`a chargé de lui transmettre un compliment de sa part. J`espère que tu auras tenu parole et [ seras allée chez ] D.N. [ dimanche dernier ] . Adieu, écris-moi quelque chose de nouveau. Bozen, quelle porcherie.
Poème de quelqu`un qui était furibond et hargneux contre Bozen :
Si à Bozen je dois retourner
Une gifle il vaut mieux me donner.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 264 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.