English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 28 septembre 1771
Ce mois-ci a passé avec une rapidité incroyable du fait que nous avons tout d`abord attendu le livret et avons ensuite toujours eu quelque chose à faire. Nos vacances et notre délassement commencent maintenant ou, plus exactement, ont commencé mardi dernier ; Wolfgang a en effet tout terminé lundi et nous avons commencé nos promenades dès mardi. Aujourd`hui a lieu la première répétition avec tout l`orchestre, hier on a répété les chœurs seuls, sans instruments. Dis à M. Spitzeder, en lui faisant nos compliments, que parmi nos choristes, il y a M. Bianchi comme basse, et sa femme comme premier soprano. Il est venu 2 fois nous voir pour se recommander, car il est employé comme basse à la musique d`église et aimerait bien être engagé à la chapelle de l`archiduc, mais autant que je sache, toutes les voix sont déjà occupées et distribuées. J`ai le plaisir de pouvoir te prédire le plus grand succès de la composition de Wolfgang, à ce que j`espère. Premièrement, parce que le Sigr. Manzuoli ainsi que tous les autres chanteurs sont extrêmement satisfaits de leurs airs et qu`ils ont hâte - plus encore que nous - d`entendre ce soir la Serenata avec tous les instruments. Deuxièmement, parce que je connais ce qu`il a écrit et l`effet que cela produira ; je sais également qu`il a fort bien composé, tant pour les chanteurs que pour l`orchestre.
M. le Cte Castelbarco, aussitôt arrivé à Milan, est reparti pour Pavie rendre visite à sa fiancée mezzabarba, footnote1 mais il a laissé le paquet de musique à son valet de chambre qui nous l`a tout de suite apporté à la maison. Nous le verrons demain. Par ailleurs, nous sommes en bonne santé, Dieu merci, et avons toujours beau temps. Quelques fortes averses ont calmé ceux qui soupiraient pour que la pluie vienne. Maintenant, tout le monde est content, mais chacun souhaite qu`il fasse beau pour les jours du mariage. Je voudrais que tu me dises dans chaque lettre comment est le temps chez vous. Je le ferai également. Adieu, portez-vous bien toutes deux, nous vous embrassons 10 000 0000 000 de fois et je suis ton vieux
Mozart
Nos compliments à tout Salzbourg.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 247 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.