English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 21 septembre 1771
Aujourd`hui, après l`Angélus, nous aurons la première répétition instrumentale de l`opéra de M. Hasse ; ce dernier va bien, Dieu merci. À la fin de la semaine prochaine, on répétera la Serenata, et lundi aura lieu la première répétition des récitatifs, suivie de celle des chœurs, les autres jours.
Lundi ou mardi au plus tard, Wolfgang aura terminé toute l`œuvre. Sigr. Manzuoli vient souvent nous voir et nous lui avons rendu visite une fois. Sig. Tibaldi vient presque tous les jours vers 11 heures et reste attablé jusque vers 1 heure, pendant que Wolfgang compose. Ils sont tous incroyablement aimables et éprouvent le plus grand respect pour Wolfgang ; eh oui, nous n`avons pas le moindre ennui, car ce sont tous de bons chanteurs célèbres qui sont pourvus de bon sens. Cette Serenata est en fait un petit opéra, et la musique de l`opéra à proprement parler n`est guère plus longue, car il sera rallongé par 2 ballets de 3 quarts d`heure chacun, intercalés après le 1er et le 2e acte.
Je n`ai pas la place de décrire tous les préparatifs des festivités. Tout Milan est en mouvement, du fait surtout qu`on a repoussé maints préparatifs - la plupart même - au dernier moment. Tout le monde est maintenant au travail. Certains pour le théâtre, d`autres pour la réception de S. A. Impériale - pour les appartements, les chambres, etc., pour la décoration et l`éclairage de la cathédrale, pour l`habillement, les livrées des domestiques, pour les carrosses, les chevaux, etc., les bals, la peinture et les réparations du théâtre, etc., etc. - Bref, cent choses qui ne me reviennent pas à l`esprit. Tout, tout est en mouvement !
Miss Davies est arrivée ici il y a quelques jours ; elle passa en diligence devant chez nous. Je la reconnus et elle nous reconnut car nous étions justement sur le balcon. Je lui rendis visite quelques heures plus tard aux 3 Rois, car je pensais bien qu`elle y descendrait puisque c`est la meilleure auberge, et pas loin de chez nous. Elle, sa sœur, son père et sa mère eurent une joie inexprimable. J`indiquai à leur domestique la maison de M. Hasse, et la fille de M. Hasse arriva tout de suite, avec un bonheur impossible à décrire car ils sont les meilleurs amis à Vienne. Ils se sont tous enquis de vous et vous font leurs compliments. Tu te rappelleras bien qui est Miss Davies, avec l`orgue de verre footnote1 ? -
Voulez-vous voir les funambules qui étaient à Salzb. ? - Ils sont sur le point de venir à Milan ; on est en plein travail pour leur construire une halle étonnamment grande. Les comédiens italiens ont arrêté de jouer voici 2 jours car le théâtre doit être libre maintenant pour les répétitions, et pour ne pas déranger les peintres qui travaillent nuit et jour. Ces comédiens étaient extraordinairement bons, surtout dans les pièces de caractère et les tragédies.
Ceux qui viendront à Milan pour ce mariage solennel verront de bien belles choses. Une voiture de 4 personnes voyageant ensemble ne coûterait pas beaucoup. Le plus difficile serait de trouver un logement. Mais je pourrais rendre service et héberger quelqu`un ; dans des circonstances comme celles-ci, il faut bien accepter de vivre, pour un temps, comme les soldats et de faire faire la cuisine chez soi, pour tout le ménage.
Je viens de recevoir ta lettre du 13. Le violoniste La Haie ne sera pas, j`espère, le gai luron, le frère de la commerçante d`Amsterdam qui est tout de suite parti. Tu te le rappelleras bien. Il s`appelait aussi de Haie ou la Haie. Mais il n`était pas vieux. Hier, M. le Cte Castelbarco n`était pas encore là. Il se sera arrêté en route à Innsbruck et dans ses terres d`Ala et Rovereto.
Dans ton avant-dernière lettre, tu écris que de nombreuses personnes sont devenues folles ; et maintenant, tu me dis que l`on meurt de dysenterie rouge. C`est très grave, et si le mal attaque les gens à la tête et au cul, c`est très dangereux. J`ai sans doute emporté une bonne infection de Salzbourg, car j`ai toujours des crises de vertiges. Rien d`étonnant - si l`atmosphère est contaminée - il est aisé d`attraper quelque chose.
C`est pour cela que je t`ai demandé des pilules. Je veux que le cul guérisse la tête.
Nos compliments à tous nos bons amis et amies, nous vous embrassons toutes deux 10 000 000 de fois et je suis le vieux
Lp Mozart

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Je me porte bien, grâce à Dieu, mais je ne peux écrire longuement. Premièrement, je ne sais que dire et, deuxièmement, les doigts me font mal à force de composer. Adieu, je baise la main de maman. Je siffle souvent mon signal, mais personne ne répond. Il ne manque maintenant plus que 2 airs de la Serenata, et elle sera finie. Compliment à tous les bons amis et amies. Je n`ai plus envie de retourner à Salzbourg, j`ai peur de devenir fou à mon tour.
Wolfgang.

POST-SCRIPTUM DE LEOPOLD MOZART À L`INTERIEUR DE L`ENVELOPPE :

En préparant les livres, il faut faire attention. J`ai pris avec moi les deux volumes reliés à l`italienne qui étaient dans le petit cabinet et ai constaté que dans l`un d`eux le feuillet K k, ou K k était en double.
C`est aussi une ânerie du relieur qui a bien dû s`en apercevoir. Adresse à l`avenir toutes les lettres à M. Troger.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 246 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.