English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 31 août 1771
C`est la quatrième lettre que je t`envoie. Je dois faire les louanges de ma sedia qui a vaillamment supporté le voyage ; bien que nous ayons été secoués sur les routes vénitiennes, en particulier depuis Peri, nous avons survolé à grande vitesse les plus gros pavés et n`avons pas eu le moindre ennui. J`ai dû maintenant faire mettre 2 cercles à l`une des roues avant, car la chaleur extrême avait complètement asséché le bois et mouiller le bois constamment ne suffisait plus. Jusqu`à Bozen, nous avons eu un temps doux ; jusqu`à Innsbruck, il avait même fait plutôt froid que chaud et le soleil qui se montrait ici ou là faisait monter le brouillard en certains endroits, qui s`accrochait ou tombait en pluie. La première nuit, à Sankt-Johann, je dus même sortir ma chemise de flanelle de notre sac de voyage et l`ai portée jusqu`au dernier relais au-delà de Bozen ; je m`en suis défait l`après-midi, lorsque nous avons changé les chevaux. Depuis lors, nous avons chaud et je crains bien qu`il pleuve à verse pour le mariage, ce qui serait fort désagréable pour les festivités. Le livret est enfin arrivé, mais Wolfgang n`a encore composé que l`Overtura, c`est-à-dire un Allegro assez long, suivi d`un Andante qui devra être dansé par quelques personnes seulement, et au lieu du dernier Allegro, il a écrit une sorte de contredanse avec chœurs, qui sera chantée et dansée en même temps. Il aura donc beaucoup à faire ce mois-ci. Hier soir, M. Hasse est arrivé et nous allons maintenant lui rendre visite. Nous sommes allés voir S. Altesse la Princesse fiancée. Elle a été extrêmement aimable et a non seulement longuement conversé avec nous, nous accueillant de la manière la plus gracieuse, mais également - et c`est étonnant - elle s`est précipitée vers nous dès qu`elle nous a vus, a retiré son gant, nous a tendu la main et a commencé à nous parler, de loin, avant que nous ayons le temps de lui rendre nos devoirs. Son Exc. le comte v. Firmian arrivera à Salzb. plus tard qu`on ne le pensait, et ce sera déjà bien s`il y est maintenant. Demandez à M. le secrétaire Troger de vous donner la possibilité de rendre visite à S. Exc., nous avons toutes les raisons de le remercier et sommes également redevables à M. Troger. L`intendant de S. Exc. M. Ferdinando Germani est contrôleur de S. Altesse imp. l`archiduc, et il entrera en fonctions dès l`arrivée de l`archiduc.
Je dois te rappeler de faire envoyer 100 exemplaires de l`École de violon à M. Breitkopf à Leipzig, dont 50 ex. à 1 fl. 30 xr la pièce, payables au comptant, les autres 50 ex. à 1 fl. 45 xr en commission. Ces 100 ex. seront envoyés à M. Schwarzkopf à Nuremberg, et je ne sais pas s`il est préférable de les faire parvenir à Nuremberg par l`entremise de mon frère Franz Alois ou plutôt de les remettre à M. Schwarzkopf au prochain marché de la St-Michel . footnote1 La dernière solution me semble meilleure. Tu as donc le temps de préparer les 100 ex., de telle sorte qu`il ne manque rien. Remets-les alors à M. Schwarzkopf au marché de la St-Michel en écrivant dessus pour M. Breitkopf et fils à Leipzig, bien enveloppés, en signalant que c`est à la prière de M. Breitkopf. Puis demande à M. Hagenauer de te faire une assignation. Les 50 ex. font 75 fl. ; M. Breitkopf me doit encore sur le dernier paiement 2 ou 3 fl. que tu trouveras notés dans le livre sur une grande feuille de papier, car c`est le reste du paiement effectué par M. Steinhauser. Cela fera donc environ 78 fl.
Nous vous prions de faire nos compliments à tous nos bons amis et amies, car nous n`avons pas le temps d`écrire toutes les litanies. Adieu, nous vous embrassons 1 000 000 de fois et je suis le vieux
Mozart

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Ma sœur chérie !
Nous sommes toujours en bonne santé, Dieu soit loué. J`ai déjà mangé quantité de bonnes poires, pêches et melons à ton intention. Mon seul amusement consiste à m`entendre par signes avec le sourd-muet, et j`y parviens à la perfection. M. Hasse est arrivé ici hier, nous irons lui rendre visite aujourd`hui. Le livret de la serenata n`est arrivé que jeudi dernier. Je ne sais trop qu`écrire. Je te rappelle une fois encore ma demande pour l`autre chose, même s`il n`y a plus rien à faire ; tu me comprends. Compliments de M. Germani, et surtout de son épouse qui aimerait tant faire votre connaissance. Madame d`Asti et son mari vous adressent aussi les leurs, et moi également. Mon compliment à tous nos bons amis et amies. Je baise les mains de maman. Addio.
Wolfgang.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 243 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.