English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français
226. LEOPOLD MOZART AU P. GIOVANNI BATTISTA MARTINI À BOLOGNE

Milan, le 2 janvier 1771
Très Révérend Père Maestro footnote1
Père très estimé
En vous souhaitant un très bon nouvel an, je ne veux pas manquer de vous signaler que l`opéra de mon fils a reçu un très bon accueil malgré la grande opposition des ennemis et envieux qui, avant d`avoir vu une seule note, avaient répandu le bruit que c`était une musique allemande barbare, sans forme et sans fond, injouable pour l`orchestre, à tel point qu`ils faisaient craindre à la moitié de la ville de Milan que le premier opéra ne soit qu`un spectacle rapiécé. L`un d`eux a eu l`habileté de porter à la prima donna tous ses airs, ainsi que le duetto, composés entièrement par l`abbé Gasparini de Turin, donc des airs écrits à Turin, et de chercher à la persuader de chanter ces airs et de ne rien accepter de ce jeune garçon qui ne serait jamais capable d`écrire un seul air de qualité . footnote2 Mais la prima donna a déclaré vouloir voir tout d`abord les airs de mon fils, et lorsqu`elle les eut vus, elle se déclara satisfaite et même archisatisfaite. Malgré tout, les médisants n`arrêtèrent pas de répandre de mauvais bruits contre l`opéra de mon fils : mais la première répétition avec orchestre cloua le bec à ces médisants cruels et barbares, à tel point qu`on n`entendit plus un mot. Tous les professeurs de l`orchestre affirmèrent que l`opéra était facile à jouer, clair et ouvert. Et les chanteurs étaient tous satisfaits. Le premier opéra, à Milan, a généralement le malheur d`être, sinon un échec, du moins d`avoir peu d`audience, du fait que tout le monde attend le second. Mais les six représentations qui ont eu lieu jusqu`alors au théâtre étaient toutes combles, et chaque soir, on a dû bisser deux airs, les autres étant accueillis presque tous par les plus grands applaudissements. Très Cher Père Maestro ! nous espérons recevoir bientôt des nouvelles nous apprenant que vous êtes en bonne santé et nous ne doutons pas de recevoir le Miserere promis de votre plume virtuose et la Musica a 16. Sigr. Giuseppe Prinsechi ne manquera pas de vous payer les frais de la copie, et pour ma part, je n`oublierai pas, dès mon retour à la maison - donc vers Pâques - de vous envoyer tout ce que je penserai pouvoir être agréable à Votre Paternité. Mon fils vous baise très humblement les mains et je me joins à lui avec le plus profond respect et la plus grande estime
Révérend Père
votre serviteur le plus dévoué
et le plus obligé
Leopold Mozart
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 226 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.