English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français
239. LEOPOLD MOZART AU COMTE GIOVANNI LUCA PALLAVICINI À BOLOGNE

[Salzbourg, le 19 juillet 1771]

Eccelenza ! footnote1
Je n`ai jamais eu aussi grande peine au cœur que celle que je ressens en me reprochant d`avoir mérité le titre infâmant d`ingrat, pour avoir repoussé jusqu`au moment présent de donner à V. Excellence de nos nouvelles. Mon peu d`habileté à écrire en italien me fit de moment en moment différer l`instant de remplir mon devoir, d`autant plus que je suis persuadé que V. Exc. n`a jamais manqué de recevoir des nouvelles sincères sur les succès de mon fils à Milan, footnote2 nouvelles sûres, impartiales et par conséquent de plus de valeur, selon le proverbe : propria laus sordet, footnote3 etc. Maintenant que nous sommes, Dieu merci, sains et saufs à Salzbourg, je prends la liberté d`importuner V. E. par la présente et de lui dire qu`à peine étions-nous arrivés à la maison, je recevais une lettre de la Direction du Teatro di Milano, selon laquelle on accordait à mon fils d`écrire l`opéra du carnaval 1773, et peu après, on lui demandait de se trouver à Milan au début du mois de septembre prochain, pour écrire la Serenata ou Cantata teatrale pour le mariage de S. A. R. l`archiduc Ferdinand. footnote4 Cette commande lui fait grand honneur, car le plus vieux des Maestri, Sigr. Adolf Hasse, dit Le Saxon, écrira l`opéra, et le Maestro le plus jeune la Serenata ; un certain abbate Parini est en train de faire le texte de cette cantate qui, ainsi qu`on me l`a écrit de Vienne, sera terminé vers le milieu du mois prochain et porte le titre Ascanio in Alba.
Entre-temps, mon fils est en train de composer un oratorio pour Padoue, sur un texte de Metastasio. Il lui a été commandé par don Giuseppe Ximenes de Principi d`Aragona ; en passant par Vérone, j`enverrai cet oratorio à Padoue pour qu`il soit copié, et au retour de Milan, nous irons à Padoue pour assister aux répétitions. footnote5
Le père et le fils remercient V. E. de toutes les bontés qu`Elle a eues pour nous, et nous nous recommandons à Votre Excellence, à S. E. Mme la Comtesse et à M. le jeune Cte, et La prions de nous conserver Sa bienveillance, me déclarant, tout comme mon fils, avec zèle et dévouement infinis
de Votre Excellence
le très humble, très dévoué
et très obligé serviteur
Leopold Mozart

Salzbourg, le 19 juillet 1771
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 239 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.