English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Bologne, le 29 septembre 1770
Tes 2 dernières lettres datent du 7 et du 21 sept., donc tu n`as pas écrit le 14 sept. Du moins n`avons-nous pas eu de lettre du 14 sept. Je t`ai déjà dit dans ma dernière lettre d`écrire à Milan. J`espère trouver à Milan une réponse à cette lettre. Aujourd`hui, M. Troger nous a notifié l`appartement que nous habiterons à Milan ; nous partirons de Bologne le 6 ou le 8 oct., si Dieu le veut. Wolfgang tout comme moi sommes incroyablement tristes pour la bonne Martherl qui, de toute évidence, a depuis longtemps une maladie incurable, tout comme son frère Lorenz. Que Dieu la soutienne ! Que faire ? - Nous ne pouvons ni l`un ni l`autre nous empêcher de penser à elle toute la journée. - Fais-lui nos compliments.
Si tu as parfois des difficultés à lire ce que j`écris, tu ne dois pas t`étonner car j`ai une crampe au doigt et ne peux pas bien écrire ; et une douleur mouvante, ou quoi que ce soit, se promène de mon épaule dans le bras, et s`aventure même parfois jusque dans les doigts. Cela passera bien, a dit M. Fischer. Nous sommes, Dieu merci, en bonne santé. Aujourd`hui, Wolfgang a commencé les récitatifs de l`opéra. Il vous embrasse, tout comme moi, 1 000 000 000 de fois.
Vous savez sans doute déjà que tout est à nouveau en ordre entre le pape et le Portugal, mais on redoute la dissolution de l`ordre des jésuites, car l`évêque Palafox, jadis tellement poursuivi par les jésuites, va être canonisé. Je pourrais vous raconter une multitude de discussions sur ce sujet, mais cela ne vous intéresse guère. Le malheur est que dans les pays catholiques, et jusqu`en Italie, on assiste à la publication de pamphlets contre l`autorité du pape, contre l`immunité religieuse, etc. Adieu, faites nos compliments à tous nos amis et amies à la maison et au-dehors, et je suis le vieux
Mozart

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Afin que cette lettre soit un peu plus pleine, je veux y ajouter quelques mots moi aussi. Je suis profondément peiné de la si longue maladie qui touche la pauvre Mlle Martha et qu`elle doit supporter avec patience. J`espère qu`elle guérira, avec l`aide de Dieu ; sinon, il ne faut pas trop s`affliger, car la volonté de Dieu est toujours la meilleure, et Dieu sait bien s`il vaut mieux être en ce monde ou dans l`autre ; mais qu`elle se console, car elle peut découvrir maintenant après la pluie le beau temps. Je baise la main de maman et dis adieu.
Addio
Wolfgang Mozart
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 211 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.