English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Du domaine en dehors de Bologne, le 11 août 1770
Tu auras reçu ma lettre du 28 le 4, un jour après m`avoir écrit, et auras également reçu entre-temps ma lettre du 4 courant.
Après avoir assisté à la sainte messe à Bologne, nous sommes arrivés ici, au domaine, hier à midi. Il est éloigné de la ville environ comme Maria Plain de Salzbourg. Nous avons tout d`abord dormi profondément ; il ne me sera pas utile de te décrire toutes les merveilles qui nous entourent, tu peux te faire une idée des chambres et des lits, les draps sont plus fins que bien des chemises portées par certains seigneurs, etc. Tout est en argent, jusqu`aux vases de nuit et aux chandeliers, etc., etc. Le soir, nous sommes allés nous promener dans 2 sedie, Wolfgang avec S. E. la Comtesse et le jeune M. le Comte, et S. E. M. le Feldmarschall avec moi. Nous avons un coursier et un domestique à notre service, soit 2 personnes, et le coursier dort dans notre antichambre de façon à être toujours à notre disposition ; le domestique s`occupe de la coiffure de Wolfgang. S. E. nous a logés dans les meilleures pièces (on dirait au parterre, à Salzbourg), qui sont les plus agréables en été, à cause de la chaleur qui règne dans les pièces du haut. Nous ne ressentons pas la moindre chaleur de toute la journée, ni la nuit. En dehors de nos chambres, on y trouve aussi la Sala terrena où nous prenons nos repas, et tout y est frais et agréable. Le jeune M. le Comte, qui a l`âge de Wolfgang, est le seul héritier et possède de grands talents : il joue du clavecin, parle allemand, italien et français, et a tous les jours 5 ou 6 précepteurs en différentes matières et exercitiis. Il est d`ores et déjà chambellan de l`empereur. Tu peux facilement t`imaginer que ce jeune seigneur et Wolfgang sont les meilleurs amis.
Nous resterons ici quelque temps - je ne sais combien. Peut-être tout le mois, jusqu`à la fin de la plus forte chaleur. Et mon pied ? - Il va bien, Dieu soit loué. Tout est fini et la peau s`en va petit à petit. Toutefois, le soir, malgré les précautions que je prends, la cheville enfle un peu, à cause des mouvements indispensables ; mais l`enflure se résorbe dans la nuit et est moins importante de jour en jour. Les seigneurs ne me laissent jamais debout, je dois toujours rester assis et étendre la jambe sur une autre chaise. Même à la chapelle, ils m`ont fait préparer aujourd`hui 2 chaises pour la messe. Nous entendons tous les jours la messe, avant midi, et le jeune comte la sert ; après la messe on dit un chapelet, les litanies, le Salve Regina et le De Profundis.
Tu es invitée à venir déguster les figues, melons et pêches les meilleurs ! Et j`ai le plaisir de pouvoir t`écrire que nous allons bien, Dieu soit infiniment remercié. Si je n`avais pas supprimé pommades et emplâtres, j`aurais encore fort à faire, car elles aspiraient tous les sels, les matières acides et l`eau, et comme le corps, par la nourriture quotidienne, est bien irrigué de telles matières, j`aurais longtemps dû attendre la fin. Si la nature n`avait elle-même procédé à cette ouverture, il aurait été très malsain d`empêcher un tel écoulement. Mais comme cela venait d`un accident, il était plus que suffisant d`avoir une plaie ouverte à la jambe pendant 6 semaines. Que cela serve de leçon, et qu`on ne mette pas d`emplâtre, mais uniquement du papier et que seule l`urine empêche l`infection.
Fais mes compliments à M. le maître de chapelle Lolli et dis-lui que je transmettrai les siens et ai déjà parlé à certaines de ses vieilles connaissances. Nous avons oublié de présenter nos vœux à Nannerl pour sa fête . footnote1 J`étais toujours enclin à la mélancolie à cause de ma jambe. Il est triste de constater que tout augmente sans cesse à Salzbourg. Ne pense-t-on pas remédier à ce renchérissement par quelque moyen ? - Mes compliments particuliers à M. v. Schiedenhofen et à Madame sa maman. Je répondrai bientôt à la lettre de ce dernier. J`ai reçu aujourd`hui les 3 lettres en même temps. Je dois clore. On va porter en ville les lettres de S. E., celle-ci doit donc partir. Nous vous embrassons 1 000 fois, Nannerl et toi. Wolfgang vient de partir faire une promenade en voiture avec la comtesse. Nous faisons nos compliments à tous - tous, etc., et je suis ton
vieux Mzt.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 203 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.