English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Bologne, le 25 août 1770
Je t`ai écrit le 21, et je soupçonne que si les lettres en direction de l`Allemagne restent en suspens à Innsbruck comme celles qui viennent d`Allemagne, tu recevras peut-être 2 lettres en même temps. Nous sommes encore à la campagne et, Dieu soit loué, en bonne santé : je n`ai par suite aucune nouvelle à te signaler.
Tu ne dois pas non plus t`inquiéter si une de mes lettres ne devait pas te parvenir à temps, car du fait que nous ne sommes pas en ville, nous n`avons pas toujours la possibilité soit d`écrire, soit de faire poster celles-ci. Continue à écrire à Bologne, bien qu`il se puisse que je sois déjà sur le départ lorsque tu recevras la présente. Le temps est des plus beaux : il ne fait ni trop chaud ni trop froid. Comme nous avons eu l`occasion de rencontrer ici un P. dominicain - qui est un Allemand de Bohême et qui a toujours reçu la confession de M. le Statuaire - nous avons fait aujourd`hui nos prières à l`église paroissiale. Cela a été d`autant plus pratique que ce père s`y est rendu en notre compagnie et que nous étions seuls à l`église (les paysans assistent à la messe tôt le matin) ; nous nous y sommes confessés, avons communié, fait ensemble un chemin de croix et sommes ensuite tous rentrés à pied au château, qui n`est qu`à 200 pas. Vers midi, il a dit une messe pour les châtelains et dit un chapelet, comme toujours. Tu peux entre-temps faire confectionner pour nous quelques belles auréoles dorées, car nous rentrerons certainement béatifiés à la maison.
Monsieur von Mölk m`a fait l`honneur d`une lettre. Moi et Wolfg. lui faisons nos compliments et je sais qu`il est trop raisonnable pour m`en vouloir de ne jamais lui avoir répondu. Il sait qu`en voyage, on doit penser à 1 000 choses. Longtemps prêté n`est pas donné et Mieux vaut tard que jamais sont 2 proverbes qui s`appliquent un peu à ma négligence. Ma jambe, ou plutôt mes jambes sont maintenant guéries, Dieu merci. Je bande toujours au-dessus de la cheville la jambe qui a eu la plaie, mais plus par prudence que par nécessité. Le pied enfle encore légèrement le soir, ce qui n`a rien d`étonnant car je n`ai pu suffisamment le ménager au cours de ce voyage ; et puis, il est resté 3 semaines sans mouvement et la jambe a presque entièrement pelé. Je ne me souhaite plus ce genre de plaisir, surtout en voyage, et ne me le suis d`ailleurs jamais souhaité.
Je cherche par tous les moyens à alléger mes bagages, car ils s`accroissent sans cesse et, de plus, je vais retrouver à Milan tout ce que j`y ai laissé. Si je peux envoyer d`ici quelque chose à Bozen, je le ferai sûrement, mais j`en doute fort. Les livres et la musique, dont le volume augmente de façon notable, me gênent particulièrement . footnote1 Dès que je serai à Milan, je devrai faire modifier presque toutes les chemises et cravates de Wolfgang, il doit prendre patience jusque-là car madame Theresia, la femme du majordome de la maison du Cte Firmian, peut me rendre ce service. Tout lui devient trop petit et on a retiré les fils de soie enroulés autour de sa bague de diamant. Il n`y reste plus qu`une fine couche de cire. Tu ne dois néanmoins pas t`imaginer qu`il est très grand, mais ses membres ont grandi et forci. Sa voix ne lui permet absolument plus de chanter, elle a complètement disparu et n`a plus ni aigus ni basses ; il ne peut plus chanter 5 notes pures. Il en est attristé car il ne peut plus chanter ses propres compositions, ce qu`il aimerait faire parfois.
Le livre (mon École de violon) n`est pas encore arrivé à Bologne. Peut-être M. Prinsechi le recevra-t-il dans un ballot de tissu. Renseigne-toi auprès de M. Haffner et fais-lui mes compliments. S`il arrivait ici, j`aurais le plaisir d`en remettre un exemplaire au P. Martini. Je dois m`arrêter maintenant pour ne pas manquer l`occasion.
Nous t`embrassons 1 000 fois ainsi que Nannerl et je suis ton vieux
L. Mozart

Le courrier n`est pas arrivé de la ville aujourd`hui, je n`ai donc pas de lettre de toi ; j`espère qu`il arrivera ce soir.
Nous faisons à tous nos compliments - tous les deux.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 205 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.