English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 13 mars 1770
Je n`ai absolument pas pu écrire samedi dernier, car Wolfgang a dû composer 3 airs et 1 récitatif avec violon footnote1 pour le concert chez le comte Firmian ; j`ai été obligé de copier moi-même les parties de violon et de les faire recopier ensuite, pour éviter qu`elles ne soient volées. Le concert a eu lieu en présence de plus de 150 personnes de la plus haute noblesse, les principales étant le duc, la princesse et le cardinal. Maintenant, c`est décidé, avec l`aide de Dieu, nous quitterons Milan jeudi prochain, c`est-à-dire après-demain, mais comme nous voyagerons en vetturino et ne partirons qu`à midi, nous n`arriverons que samedi matin à Parme. Tu peux aisément imaginer que j`ai étonnamment à faire, d`autant plus que j`ai déballé toute notre malle du fait de notre long séjour. Entre ce soir et demain une autre chose doit encore se décider. En effet, on veut que Wolfgang écrive le premier opéra qui sera donné à Noël prochain. Si cela se fait, tu peux te réjouir, car nous rentrerons alors plus vite à la maison que nous ne le ferions sans doute autrement. Nous aurons donc fort à faire pour être à Rome pour la Semaine sainte. Tu sais que Rome est la ville où nous devons absolument séjourner. Ensuite, nous irons à Naples. Cette ville est tellement importante qu`il serait aisément concevable qu`une affaire nous y retienne l`hiver prochain, à moins que nous ne soyons rappelés à Milan par une scrittura.
Mais si on nous donne la scrittura, on nous enverra le livret, Wolfgang pourra réfléchir un peu au sujet, nous pourrons rentrer par Loreto et être de retour à Milan pour l`Avent. Comme le compositeur n`est obligé de rester que jusqu`à ce que l`opéra soit mis in scena, nous pourrions rentrer chez nous par Venise et demeurer un an à la maison. Je laisse tout cela aux soins de la Providence et à la volonté de Dieu. Je te prie de présenter mes excuses en tous lieux et de dire mes vœux à tous ceux qui se prénomment Joseph, footnote2 mais cette semaine est des plus pénibles pour moi, tu sais quelle peine, quelle tristesse et quel travail précèdent un départ. Présente en particulier mes compliments et mes excuses à M. le Confesseur.
Adresse tes lettres à M. Troger, comme toujours, il me les fera sûrement suivre.
Dès que je serai à Bologne ou à Florence, je t`écrirai, à moins que je ne le fasse de Parme.
Demain, nous sommes invités à un dîner d`adieu chez S. Excellence qui nous remettra des lettres de recommandation pour Parme, Florence, Rome et Naples . footnote3 Je ne peux te décrire l`amabilité dont S. E. a fait preuve à notre endroit tout au long de notre séjour. J`aurais déjà écrit à S. E. M. le Gouverneur général si je ne devais attendre demain, pour pouvoir en dire plus. Fais mes compliments à tous nos bons amis et amies, adieu ; je t`embrasse 1 000 fois, toi et Nannerl,
et suis le vieux Mzt.
Specialiter à M. Selzam, bien des choses de nous deux.

POST-SCRIPTUM DE MOZART :

Mes compliments, j`embrasse maman et ma sœur des millions de fois et suis en bonne santé, Dieu merci, addio.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 165 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.