English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 3 mars 1770
Aujourd`hui 3 mars, c`est le dernier jour du carnaval. Tous les jours de la semaine, des compagnies masquées ont défilé à travers toute la ville. Les principaux étaient : la Facchinata ou Facchin-Maschera ; la 2e, la mascherada des petits-maîtres et aujourd`hui la mascherada de ce qu`on nomme chicchera, ce qui n`est rien autre qu`une assemblée de petits-maîtres. Mais ils vont tous en carrosse ou à cheval. Ce n`était pas laid à voir, et de plus, il y avait de nombreux chars avec des cavaliers en masque et une foule d`autres personnes masquées dans la rue. Bref ! tout le monde est dans la rue ou à la fenêtre.
J`ai récemment sauté un jour de courrier. Le moment de notre départ approche maintenant, mais tu recevras certainement encore une lettre de Milan, car nous ne partirons guère avant le 12, 13 ou 14. Tu peux imaginer que j`ai tout déballé et dois donc tout réempaqueter. Nos bagages ont quelque peu augmenté et j`aimerais renvoyer quelque chose à la maison. Lorsque nous sommes partis de Mantoue, il faisait extrêmement froid. Nous avons acheté 2 belles chancelières pour les pieds, qui ont coûté 5 ducats. Mais nous avons dû les prendre car il n`y en avait pas de plus ordinaires. Elles sont en drap gris, fourrées de renard, et ont de beaux lacets et pompons. Elles nous ont rendu le plus grand service, et sans elles, nous aurions été bien mal dans la sedia italienne.
Je suis très étonné de n`avoir toujours pas de réponse de Vienne, Leipzig, Innsbruck, etc.. Tu pourrais peut-être écrire à M. v. Heufeld au sujet de M. Gräffer, mais je ne connais plus l`adresse de M. Heufeld ; si tu veux bien t`en donner la peine, tu peux chercher dans mon secrétaire les lettres de Heufeld, les lire, et tu la trouveras. Sinon, tu pourrais écrire simplement à Mr. François de Heufeld et l`adresser à M. [ Gscheider ] .
Au sujet de Leipzig, il faudrait que tu ailles chez le domestique de Schwarzkopf qui tient boutique au marché à côté de Zezi, en face de la Résidence, car M. Lotter a envoyé des livres à M. Schwarzkopf à Nuremberg, pour les faire parvenir à M. Breitkopf à Leipzig. Ce valet présent au marché doit non seulement le savoir mais également payer les 50 ex. ; tu trouveras dans le cahier le prix qu`il doit payer par ex. Je crois pour les 50 ex. commandés, 1 fl. 30 xr la pièce, pour les 50 autres (j`en ai envoyé 100), en commission, 1 fl. 45 xr et ces derniers seront payés lorsqu`ils seront vendus. Tu trouveras tout noté. Mais vas-y dès réception de la lettre (sinon il risque de partir), et fais-toi payer. Au sujet d`Innsbruck, tu peux te renseigner chez M. Wolf (en lui faisant mes compliments). Je dois m`arrêter ici. Adieu, je vous embrasse toutes deux, fais mes compliments à tout Salzbourg, et je suis le vieux.
Mzt
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 163 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.