English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français
Versions Alternatives de Lettre 152
Personnes dans Lettre 152
Lieux dans Lettre 152
Musique de Mozart dans Lettre 152

Vérone, footnote1 le 7 janvier 1770
Je regrette de ne pas avoir reçu ta première lettre. footnote2 Elle est peut-être restée au bureau de poste de Bozen. Je vais me renseigner, car elle m`y aura sans doute été renvoyée d`Innsbruck. Nous sommes en bonne santé, Dieu merci ! je te le dis tout de suite. Tu aurais dû me dire, lorsque tu m`as écrit, combien de lettres tu as reçues de moi, car je t`ai écrit de Wörgl une lettre que je t`ai fait parvenir par le cocher, puis d`Innsbruck par la poste, et ensuite de Bozen. footnote3 Je te demande tout d`abord de faire mes compliments à M. Ranftl et de lui dire que M. Stockhammer nous a reçus avec tous les honneurs et nous a offert un repas somptueux où j`ai retrouvé mon vieil ami M. Stickler. Tu peux également dire à M. Kerschbaumer, avec mon bon souvenir, que M. Sendlrock nous a reçus fort aimablement et nous a donné des lettres de recommandation pour Bologne. footnote4 Nous ne sommes restés qu`un jour et demi à Bozen. À peine étions-nous arrivés à Rovereto qu`un certain Cristiani, qui a joué le rôle féminin au Collegio Rupertino dans la comédie | L`Enfant de Caton |, footnote5 est venu nous voir et nous inviter à déjeuner au nom de son frère, pour le lendemain. Et qui est ce frère ? - Nicolaus Cristiani, qui était à Salzbourg chez M. le précepteur des pages, le conseiller consistorial Cristiani, et mon élève au violon. Ce dernier est le premier personnage à Rovereto et dans toute la région, dont il est le bailli au nom de Sa Majesté l`Impératrice. Tu te le rappelleras sûrement, il logeait chez les pages. Dès que nous arrivâmes chez lui, il dit que Wolfgang te ressemblait et qu`il se souvenait très bien de toi. Et qui y avons-nous retrouvé ? - Le Sgr. Conte Septimo Lodron, le cons. consist. Cristiani, un certain Pilati, Festi, etc. Les 2 premiers arrivaient de Villa, un domaine appartenant aux comtes Lodron ; on nous envoya d`Innsbruck à Rovereto la nouvelle que nous devrions nous y rendre. Tu peux imaginer notre joie de nous retrouver après 19, 20 ans ou plus. Ce fut un déjeuner fort joyeux. Pendant le repas, le valet de chambre de M. v. Cosmi vint nous inviter à déjeuner pour le lendemain. Ce fut à nouveau un repas plaisant ! D`autant plus que M. v. Cosmi, qui est veuf, était fiancé à une charmante jeune fille et devait se marier quelques jours après notre départ. J`y retrouvai Mme sa vieille mère et ses 3 sœurs. Si nous étions restés plus longtemps à Rovereto, nous aurions dû habiter chez lui ; si nous devions y repasser, nous devrions descendre chez lui. M. le baron Pizzini et M. le comte Lodron a qui Son Exc. le maréchal de la cour nous avait recommandés, footnote6 nous ont couverts de toutes sortes d`honneurs. La noblesse a donné un concert chez M. le baron Todeschi. footnote7 Et qui est ce Bon Todeschi ? - ce M. que M. Giovanni avait un jour amené chez nous à Vienne pour entendre Wolfgang. footnote8 Peut-être te souviens-tu. Il est inutile de décrire tout l`honneur qu`en a tiré Wolfgang. Le lendemain après-midi, nous sommes allés jouer de l`orgue à l`église principale ; bien que 6 ou 8 personnes seulement aient été au courant, tout Rovereto s`était rassemblé à l`église, et deux forts gaillards durent nous ouvrir le chemin jusqu`au chœur, où nous mîmes plus d`un demi-quart d`heure à parvenir jusqu`à l`orgue, car tout le monde voulait être devant. Nous sommes restés 4 jours à Rovereto. La ville n`est pas grande et était jadis même un fort mauvais endroit, mais par le travail des habitants, cela s`est amélioré depuis fort longtemps, et la plupart des habitants vivent de la vigne et du commerce de la soie. Il y a donc des maisons très riches et on y est très aimable avec les étrangers.
À Vérone, la noblesse n`a pu organiser qu`au bout de 7 jours un concert ou académie, auquel nous fûmes invités, footnote9 car il y a opéra tous les jours. Les nobles personnages auxquels nous sommes recommandés sont il Marquese Carlotti, il Conte Carlo Emilij, il Marquese Spolverini, il Marquese Dionisio St. Fermo, il Sigr. Conte Giusti del Giardino, il Sigr. Conte Allegri. footnote10 Nous avons toujours été invités chez M. le marquis Carlotti et chez M. Locatelli. Nous avons déjeuné deux fois chez M. le Marquese Carlotti, puis chez M. le comte Carlo Emilei, et 2 fois chez M. le comte Giusti, qui a un beau jardin et une galerie. Tu la trouveras peut-être dans les Descriptions de voyage de Keyssler. footnote11 Hier, nous avons déjeuné chez M. Locatelli et aujourd`hui, il y a eu une confusion générale que je dois te décrire plus en détail. Nous étions invités chez un noble seigneur, M. Regazzoni. Le percepteur général des impôts de Venise, M. Lugiati, a demandé à des chevaliers de me prier d`autoriser un peintre à faire le portrait de Wolfgang;   Pour en Savoir Plus   ce qui fut fait hier matin. Aujourd`hui, après la messe, devait avoir lieu la deuxième séance de pose. Nous voulions également y déjeuner. M. Lugiati vint en personne chez M. Regazzoni et lui demanda de nous laisser déjeuner chez lui. Celui-ci dut bien s`y plier, contre son gré, car Lugiati a le bras long à Venise. Nous devions donc nous rendre ce matin chez M. Lugiati, après la messe, et poser pour le peintre avant le déjeuner. Mais il arriva un personnage encore plus important et plus grand - l`évêque de Vérone - de la famille Giustiniani, qui nous fit inviter par M. Locatelli, non seulement à lui rendre visite après la messe, mais également à déjeuner. Lorsqu`il apprit qu`on était sur le point de faire le portrait de Wolfgang et que nous voulions continuer notre voyage, il accepta de nous laisser aller déjeuner chez M. Lugiati, mais nous retint jusqu`à une heure. On continua donc ensuite à peindre le portrait de Wolfgang et nous ne nous mîmes à table qu`à 3 heures. Après le repas, nous nous rendîmes à l`église S. Tommaso pour essayer les 2 orgues de cette église ; et, bien que cette décision n`ait été prise que pendant le déjeuner et que seuls le Marquese Carlotti et le comte Pindemonte footnote12 fussent avisés par un billet, une foule énorme était rassemblée à l`église en question, de sorte qu`à notre arrivée, nous pûmes à peine descendre de voiture. La cohue était telle que nous dûmes entrer par le cloître ; mais une foule nous suivit immédiatement et nous n`aurions pu nous frayer un chemin sans la protection des patres qui nous avaient accueillis à la porte. Cela fait, le bruit était encore plus grand, car chacun voulait voir le petit organiste. De retour à la voiture, je nous fis conduire aussitôt à la maison, fermai la porte et commençai à écrire cette lettre ; je dus m`arracher à tout le monde, sinon on ne nous laisserait même pas écrire une lettre. Demain, nous allons à l`Amphitheatro   Pour en Savoir Plus   avec M. Locatelli et visiter d`autres curiosités de la ville, puis nous déjeunons chez lui et ferons ensuite nos visites d`adieu ; après-demain, nous ferons nos bagages et mercredi soir, si Dieu le veut, nous partirons pour Mantoue qui, bien que fort peu éloigné, est à une petite journée de voyage à cause des routes embourbées. N`avez-vous pas reçu de lettre de Lotter disant qu`il a bien reçu l`argent ? - M. Breitkopf de Leipzig n`a-t-il pas écrit qu`il a reçu les 100 exemplaires ? - footnote13 A-t-on envoyé à Vienne les livres, et M. Gräffer a-t-il confirmé leur réception ? - footnote14 Il faut que tu me rendes compte de ces choses en quelques mots. - A-t-il fait beau et doux à Salzbourg pour Noël ? - Depuis 8 jours il fait très froid ; et imagine-toi que partout où nous déjeunons, il n`y a ni cheminée ni poêle dans la salle à manger, de sorte qu`on a les mains affreusement noir-bleu-rouge. Je préférerais manger dans une cave. Je t`en dirai plus une autre fois à ce sujet, mais c`est notre plus grand problème. Dis-moi vite comment on fait la pommade pour les mains, peut-être en aurons-nous besoin. Entre-temps, empaquette 12 exemplaires de l`École de violon et envoie-les à la librairie de Joseph Wolf à Innsbruck. Celui qui dirige cette librairie s`appelle, si je ne me trompe, Felicius ou Felicianus Fischer. Tu pourras te renseigner à l`imprimerie Mayr. Tu n`auras qu`à joindre un petit mot, à peu près ainsi : Vous recevrez ci-joint 12 ex. de l`École de violon que mon mari, depuis Vérone, m`a demandé de vous envoyer. Vous pouvez les garder en commission, comme convenu, et vendre chaque exempl. pour 2 fl. 15 xr de monnaie tyrolienne, et porter les exemplaires vendus au crédit de mon mari pour 1 fl. 45 xr de cette monnaie. Annoncez-les dans le journal en faisant supporter les frais d`annonce à mon mari. Mon papier arrive à sa fin, adieu, je suis ton vieux
Mzt.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 152 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.