English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Naples, le 29 mai 1770
J`écris maintenant trop souvent, sans doute, et tu t`étonneras de recevoir une lettre à chaque courrier ! Cela vient de ma préoccupation, au cas où une lettre n`arriverait pas. Nous sommes loin les uns des autres et les lettres mettent 15 jours à parvenir de Salzbourg à Naples. C`est ma quatrième lettre de Naples. J`ai toujours l`intention de partir le 16 du mois prochain, si rien ne nous en empêche. Hier, notre accademia a eu beaucoup de succès. Demain, le 30, la cour revient en ville pour la fête du roi qui sera célébrée par un opéra et autres réjouissances. Si nous partons le 16, nous nous rendrons à Marino où nous descendrons au cloître des augustins. C`est le P. prieur qui m`en a prié, il veut aller avec nous à Genazzano pour nous montrer l`image miraculeuse de Notre-Dame-du-Bon-Conseil. Ce n`est pas un grand voyage et j`ai accepté son invitation pour voir cette sainte image. Nous pourrons encore rester 6 ou 7 jours chez nos amis de Rome avant de continuer notre voyage vers Loreto. À Rome, je n`ai pas encore payé un seul kreuzer pour ma pension complète. Monsieur Meissner te dira comme nous y étions bien. J`étais tout à fait chez moi, et comme la dame n`a pas voulu se déclarer quant au paiement, lorsque je suis parti, M. Marcabruni et moi-même avons décidé de chercher un moyen de paiement d`ici mon retour. Si nous ne pouvons rien faire, j`achèterai quelque chose et ferai à sa fille un beau présent. Si nous partons d`ici à la date prévue, nous verrons pratiquement toute l`Italie. Car à partir de Loreto, nous nous rendrons à Bologne ou à Florence par le chemin qui nous plaira, et de là, à Pise, Lucques, Livourne, etc…, pour passer les 2 mois de canicule le plus agréablement possible en ces lieux et nous rendre à Milan en passant par Gênes, je crois. Si Wolfgang n`avait déjà la scrittura pour l`opéra de Milan, il en aurait obtenu une à Bologne, Rome et Naples. Car en ces 3 lieux, on lui a fait une telle proposition. Nous n`avons encore jamais eu à souffrir de la chaleur car il pleut souvent ; hier, nous avons eu de la pluie et un vent affreux, il est étonnant que la chaleur ne soit pas plus forte à Naples. Malgré cela, nous reviendrons assez noirs à la maison, car l`air produit son effet, et lorsque le soleil se montre, on remarque tout de suite que l`on est à Naples. Tu sais d`ailleurs que Wolfgang a toujours souhaité être bronzé.
Je dois m`arrêter. Un coursier de la princesse di Francavilla vient d`arriver, nous devons nous rendre chez elle en voiture, car elle souhaite nous parler. Mes compliments à tout Salzbourg, nous vous embrassons 1 000 fois, toi et Nannerl, et je suis ton vieux
Mzt

Wolfgang attend avec impatience les jours de courrier. Il te prie d`écrire 2 fois par semaine, surtout s`il y a du nouveau ; mais à Salzbourg, on écrit rapidement s`il y a du neuf.
Le Vésuve ne m`a pas fait le plaisir de se montrer en feu, ou plutôt, crachant du feu. On voit très rarement un peu de fumée. Nous irons le voir de plus près un de ces jours.

ANNEXE DE MOZART A SA SŒUR :

Carissima sorella mia . footnote1
Avant-hier, nous sommes allés à la répétition de l`opéra de Sig. Jommelli. C`est une œuvre bien écrite et qui me plaît vraiment. Nous avons parlé à Sig. Jommelli qui a été fort aimable. Nous sommes allés aussi à l`église écouter de la musique composée par Sig. Ciccio di Majo ; c`était une musique très belle, et lui aussi s`entretint avec nous et a été très poli. Sigra De Amicis a chanté à merveille. Nous sommes, Dieu merci, en très bonne santé, surtout moi lorsque arrive une lettre de Salzbourg. Je te prie de m`écrire chaque jour de courrier, même si tu n`as rien à me dire ; je voudrais seulement recevoir une lettre à chaque courrier. J`espère que tu as reçu la lettre qui en contenait une dans une autre langue et que tu l`auras comprise ou déchiffrée. Ce ne serait pas mal si tu m`écrivais parfois une petite lettre en italien. Je ne sais en écrire davantage, sinon que je te prie de faire mes compliments à tous mes amis et amies, en particulier à Sig. de Schiedenhofen qui aura certainement reçu la lettre que lui a écrite mon papa, et mon compliment à Sig. de Amann, et demande-lui, puis écris-moi comment il va. Addio.
29 maggio anno 1770
Wolfgango Amadeo
Baise pour moi la main de maman.Mozart.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 188 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.