English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Wörgl, mercredi soir à 8 heures footnote1
Nous sommes arrivés vers 1 heure à Kaitl et avons pris au déjeuner un plat de veau saumuré, dans une puanteur épouvantable ; nous l`avons accompagné de quelques bonnes gorgées de bière car le vin est un véritable laxatif.
Nous sommes arrivés à Lofer à sept heures passées ; après avoir commandé le dîner, nous sommes allés rendre visite à M. le Préfet qui n`était pas content que nous ne soyons pas descendus directement chez lui. Comme nous avions déjà commandé le repas à l`auberge, nous le fîmes livrer au tribunal administratif, y mangeâmes et bavardâmes jusqu`à 10 heures. On nous y donna une belle chambre et de bons lits, le matin, je bus un chocolat et Wolfgang mangea une bonne soupe. À midi, nous étions à Sankt-Johann, et le soir, nous arrivâmes à Wörgl où je fis venir le vicaire de Chiemsee, M. Hartmann Kellhammer. Il vient de venir et t`adresse ses compliments. Il est maintenant 10 heures, nous allons nous coucher, car demain, je dois me lever à 5 heures. J`ai dormi presque tout le temps du voyage, malgré la méchante description des routes qu`on m`avait faite, car j`ai vu que nous avions un bien bon cocher. Dans cette région, et en particulier de Lofer à Sankt-Johann, il y a une neige étonnante. Portez-vous bien tous. J`écrirai dès mon arrivée à Innsbruck.

POST-SCRIPTUM DE MOZART A SA MERE ET A SA SŒUR :

Très chère maman,
Mon cœur est absolument ravi de joie parce que ce voyage est tellement amusant et qu`il fait très chaud dans la voiture, et parce que notre cocher est un garçon courtois qui conduit bien vite dès que la route le permet un peu. Mon papa aura déjà décrit le chemin à maman, et la raison pour laquelle j`écris à maman, c`est de lui montrer que je connais mes devoirs et suis, avec le plus profond respect, son fils fidèle
Wolfgang Mozart

Carissima sorella mia footnote2
Nous sommes, grâce à Dieu, bien arrivés à Wörgl. À dire vrai, je dois avouer qu`il est très amusant de voyager, qu`il ne fait absolument pas froid et qu`il fait dans notre voiture aussi chaud que dans une chambre. Comment va ton mal de gorge ? Monsieur le raseur est-il venu le jour de notre départ ? Si tu vois monsieur de Schiedenhofen, dis-lui que je chante toujours : Tralaliera, et dis-lui qu`il n`est plus nécessaire maintenant de mettre du sucre dans la soupe, puisque je ne suis plus à Salzbourg. À Lofer, nous avons dîné et dormi chez M. de Helmreichen, qui en est le préfet. Son épouse est une bonne dame, c`est la sœur de monsieur Moll. J`ai faim et grande envie de manger. Porte-toi bien, addio.
Wolfgang Mozart

P.S. : Un compliment à tous mes bons amis,
à monsieur Hagenauer (le commerçant), à sa femme, à ses fils et filles, à madame Rosa et à son mari et à M. Adlgasser, Spitzeder. Demande pour moi à M. Hornung s`il n`a pas cru encore une fois que c`était moi qui étais au lit au lieu de toi.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 147 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.