English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 28 novembre 1772
J`ai bien reçu aujourd`hui ta lettre du 20. Tu voudrais que j`écrive longuement, mais quoi ? - que nous sommes, Dieu soit loué, tous deux en bonne santé, c`est la principale et meilleure nouvelle. Il n`y a ici rien de nouveau, de nombreuses personnalités, la plupart même, sont encore à la campagne et ne reviendront en ville que vers Noël, pour la réouverture du théâtre. L`archiduc lui-même a quitté la ville. Pour ce qui est de mes maux de tête, j`en souffre encore parfois et ressens brièvement un vertige de temps en temps, lorsque je me retourne, la nuit, ou lorsque je me lève.
Cela mis à part, j`ai bon appétit, et si je mange, c`est que je me porte le mieux du monde. Nous ne prenons toutefois qu`un repas une fois par jour, à 2 heures de l`après-midi. Le soir, nous mangeons une pomme, un morceau de pain et buvons un petit verre de vin.
Je t`écris de chez Mme d`Asti qui te fait ses compliments. M. d`Asti te fait dire qu`il est navré que tu ne lui adresses jamais de salutations, car j`ai ouvert ta dernière lettre chez eux et l`ai lue à haute voix. Nous nous sommes tous particulièrement réjouis que M. le Cte Saurau soit devenu doyen de la cathédrale. Nous n`y pensions pas, bien sûr, car nous ne soupçonnions pas qu`il accepterait. Je remercie M. le maître de chapelle Lolli, à qui je fais mes compliments, pour l`argent de Ste-Cécile. Je ne m`y attendais pas. Nous nous sommes tous bien amusés qu`une malheureuse âme ait été libérée du couvent. Ce genre de choses surviendra de plus en plus souvent. Tu as bien fait pour les musiques, M. le maître de chapelle composera bien des symphonies. Je remercie tous mes bons amis et amies pour les vœux et leur fais mes compliments respectueux. Je t`ai déjà écrit récemment au sujet du corniste en vacances et lui fais notre compliment. Ici, la vie est chère, et il faut vivre avec. Pour le déjeuner nous devons payer 36 xr., donc 1 fl. 12 courant pour 2 personnes. Nous ne mangeons qu`une fois par jour, mais bien. Aujourd`hui, la De Amicis quitte Venise et sera donc ici dans quelques jours. Le travail commencera alors sérieusement, car jusqu`à maintenant, il ne s`est pas passé grand-chose. Wolfgang n`a écrit que le premier air pour le primo uomo, il est incomparablement beau et ce dernier le chante comme un ange. Addio, portez-vous bien. Nous vous embrassons bien 100 000 fois et je suis ton vieux
Mzt

POST-SCRIPTUM DE MOZART À SA SŒUR :

Nous adressons tous deux nos bons vœux à M. von Amann, mais dis-lui que je suis contrarié qu`il ait fait tant de mystères lorsque je lui parlais de Mlle sa fiancée. Je pensais qu`il serait moins cachotier. Je dois leur faire les compliments de M. et Mme Germani, ils regrettent eux aussi de ne pouvoir être avec eux. Quelque chose encore : dis à M. von Amann qu`il est prié, s`il veut un véritable mariage, d`attendre que nous soyons de retour pour que se réalise ce qu`il m`a promis, puisqu`il m`a dit que je devrais danser à son mariage . footnote1 Adieu, baise pour moi la main de maman et fais mes compliments à tous nos bons amis et amies.
[ Dis à M. Leutgeb de venir hardiment à Milan, car il se ferait sûrement honneur ; mais bientôt ] . Je t`en prie, dis-le-lui, j`y tiens. Adieu.
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 268 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.