English  |  Deutsch  |  Italiano  |  Français

Milan, le 20 octobre 1770
Nous sommes bien arrivés, sains et saufs, à Milan le 18 à 5 heures du soir. Nous avons dû rester un jour entier à Parme, car les fleuves avaient tellement gonflé à cause des pluies étonnantes, que personne ne pouvait les passer. Nous sommes partis le 14 et avons roulé tout l`après-midi sous un orage incroyable et une pluie épouvantable, mais mes bagages n`ont malgré tout pas été mouillés car je les avais protégés d`une double toile cirée. J`avais depuis environ 3 semaines un rhumatisme très douloureux dans le bras droit et l`ai emporté en voyage avec moi. Il ne s`est pas aggravé mais s`est au contraire amélioré sensiblement, encore qu`il ne soit pas tout à fait estompé. N.B. : je n`ai suivi ni ne suis de traitement. Il s`en ira comme il est venu. Les soubresauts de la sedia ne m`ont pas fait de bien, mais j`ai pensé qu`il fallait guérir le mal par le mal. Le voyage a donc été assez désagréable à cause de la forte pluie et de l`orage, et passablement douloureux à cause de mon bras.
Nous avons quitté Bologne quelques jours plus tard que prévu, car l`Académie philharmonique a reçu Wolfgang en son sein à l`unanimité et lui a remis le diplôme d`Accademico Filarmonico. Cela n`a eu lieu qu`après qu`il eut subi les épreuves préliminaires et rempli les conditions nécessaires. Il dut en effet se présenter le 9 octobre à 4 heures de l`après-midi dans la salle de l`académie ; le Princeps accademiae et les 2 censores (qui sont tous de vieux maîtres de chapelle) lui remirent alors, en présence de tous les sociétaires, une antienne tirée d`un antiphonaire et il dut en faire une composition à 4 voix, enfermé dans une pièce adjacente où il fut conduit par le pedellus qui ferma la porte. Lorsqu`il l`eut terminée, footnote1 elle fut examinée par les censores, tous les maîtres de chapelle et compositeurs qui émirent leur vote en donnant une boule noire ou blanche.
Comme toutes les boules étaient blanches, on l`appela, et tous l`applaudirent lorsqu`il fit son entrée. Ils lui présentèrent leurs félicitations après que le Princeps accademiae eut annoncé son admission au nom des sociétaires. Il remercia et ce fut tout. Pendant ce temps, M. Prinsechi et moi étions enfermés de l`autre côté de la salle, dans la bibliothèque de l`académie. Ils furent tous étonnés qu`il ait terminé si rapidement, car certains avaient mis 3 heures à composer sur une antienne de 3 lignes. N.B. : je dois te dire que ce n`est pas facile, car ce genre de composition exclut de nombreuses choses qu`il est interdit d`y écrire, et Wolfgang avait été mis au courant de ces règles. Il avait terminé en un peu plus d`une demi-heure. Le pedellus nous apporta ensuite le diplôme à la maison. Il est en latin et on peut y lire entre autres : - testamur Dominum Wolfgangum Amadeum etc. - Sub die 9 Mensis octobris anni 1770 inter Accademiae nostrae Magistros Compositores adscriptum fuisse etc. - . footnote2 Cela fait d`autant plus d`honneur que l`académie a déjà plus de 100 ans et qu`outre le P. Martini, d`autres personnages illustres d`Italie et d`autres nations sont membres de cette Accademia Bonnoniensis.
On m`a remis ta lettre du 5 octobre à la porte, à notre arrivée à Milan, car elle était jointe à celles de M. Troger, et il l`avait laissée à la porte de la ville. J`ai donc reçu toutes tes lettres comme tu l`auras vu dans ma dernière lettre. Je suis heureux que M. Breitkopf ait payé. Note tous les livres que tu vends, ou qui te sont payés, ou ce que tu envoies, bref, tout, afin que je sache où j`en suis avec tous ces gens à mon retour. Adieu, nous vous embrassons 100 000 fois et je suis ton vieux
Mozart

Bien des choses à tous les amis et amies.

POST-SCRIPTUM DE MOZART :

Ma chère maman, je ne peux écrire beaucoup car les doigts me font très mal à force d`écrire tant de récitatifs. Je demande à maman de prier pour moi, afin que l`opéra marche bien et que nous puissions ensuite nous retrouver heureux tous ensemble. Je baise mille fois la main de maman et j`aurais bien des choses à dire à ma sœur, mais quoi ? Il n`y a que Dieu et moi qui le sachions, et si Dieu le veut, je pourrai m`en ouvrir bientôt à elle, comme je l`espère. Entre-temps, je l`embrasse 1 000 fois. Mon compliment à tous mes bons amis et amies. Nous avons perdu la bonne Martherl, mais la retrouverons, avec l`aide de Dieu, dans une vie plus heureuse.

POST-SCRIPTUM DE LEOPOLD MOZART :

N`était-ce pas une bonne idée pour le calendrier ? - Je peux maintenant recevoir 2 calendriers en 4 ou 5 lettres, même si tu n`envoies que 2 ou 3 mois à la fois, je les aurai à temps. J`ai déjà le principal. Je ne veux pas tourner le couteau dans la plaie de Monsieur et Madame Hagenauer en leur écrivant une lettre de condoléances. Il faut laisser à Dieu la décision de ce qu`on ne peut pas changer. Que faire d`autre ? -
Veuillez citer ce site web ainsi:
Eisen, Cliff et al. Comme le dit Mozart, Lettre 214 <http://letters.mozartways.com>. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.
Comme le dit Mozart. Version 1.0, publiée par HRI Online, 2011. ISBN 9780955787676.