234r

[234ra] –nerent a Saint Yrain et recorderent tout ce que ilz avoient veü et trouvé au roy, et la response que messire Regnault avoit fait depar le roy. Si en furent grandement resjouys. Adonc fu la ville appareillie tres richement contre la venue du roy, et les chaucies jonchiesa de fresches herbes. Si y entra le roy a heure de vesp­res et se logea ou chastel que on dit au Lion, et ses gens se logierent en la ville, ceulx qui logier s’i porent, et la greigneur partie aux champs et es villaiges d’environ. Si y fu le roy bien un moys, et demoura la chose ainsi. Qui plus y avoit mis, plus y avoit perdu.

 

§ 19.

Ci parle d’une moult merveilleuse et piteuse bataille qui fu a Juberot entre le roy de Castille et le roy de Portingalb.

Endementres quec le roy se tenoit et sejournoitd a Saint Yrain, vindrent li Gascon de Berne a belle compaignie de gens d’armes. Messire Re­gnault Lymosin chevaucha a l’encontre d’eulx et les recueilli doulcement et grandemente, ainsi que bien faire le savoit, et mena les compaignons devers le roy qui ot tresgrant joie de leur venue, et commanda a messire Regnault que ilz feussent bien logiez et a leur aise, car il le vouloit. Il le fist telement que ilz s’en contenterent. Ainsi se por­terent ces besoignes, et se tint le roy a Saint Irain et toutes ses gens la environ, et tenoit bien lors sur les champs le roy Jehan de Castille .iiij. mil hommes d’armes et .xxxm. d’aultres gens. Si ap­pella une foiz les barons de France pour avoir conseil a eulx comment il se pourroit maintenir en ceste guerre, car il avoit sis longuement et a grant fraiz devant Lusebonne, et si n’y avoit riens fait. Et croy bien que se les Gascons ne feussent la ve­nus, qui rassazierentf le roy de courage et de volenté, il se feust partis [234rb] de Saint Yrain et retrait vers Burgs1 ou en Gallice2, car ses gens s’ennuyoientg de tant estre sur les champs.

Quant ces chevaliers de France et de Berne furent venus devant le roy, il parla et dist :

« Beaux seigneurs, vous estes tant gent de fait et usagiez et aprins de guerre. Si vueil avoir conseil et collacion avecques vous comment je me pourray maintenir contre ces Lusebonnois et Portingalois. Il m’ont tenu aux champs ja bien un an, et si n’ay riens esploitié sur eulx. Je les cuidoie attraire hors de Lusebonne et en place pour eulx combatre, mais ilz n’en ont eu nulle volenté. Et veulent mes gens, et me conseillent, que je donne pour le temps present a toutes manieres de gens congié, et que chascun s’en retourne a son hostelh. Et vous, qu’en dictes ? »

Li chevalier de France et de Berne qui es­toient nouvellement venus en l’ost du roy et qui desiroient les armes, et n’avoient encores riens fait mais vouloient desservir leurs gaiges, respon­dirent :

« Sire, vous estes un puissans homs de terre, et petit vous coustei la paine et le travail de vostre peuple, especiaument quant ilz sont sur le leur. Nous ne disons pas, se ilz estoient en estranges païs hors de toutes pourveances, que ilz ne vous deussent donner ce conseil, car la seroit la paine et le dommaigej trop grans sans comparoisonk, car ilz sont ci ausques ainsi aise3, si comme nous pouons veoir et congnoistre, comme se ilz estoient en leursl hostelz. Si vous disons, non pas par maniere d’arrest de conseil, car vous estes saige assez par vostre haulte prudence pourm le meilleur eslire, que vous teniez encores les champs, car bien les pouez tenir jusques a la Saint Michiel. Espoir s’assembleront voz ennemis et se trairont sur les champs quant le moins vous en donrez de garde. Et se ilz le font ainsi, sans faulte ilz seront combatus. Nous en avons tresgrant desirier que nous les puis–

  1. Burgos, chef-lieu de province, dans le nord de la Castille (Espagne).
  2. La Galice, communauté autonome du nord-ouest de l’Espagne.
  3. « Pour ainsi dire à leur aise ».